un-heureux-malheur-nella-bosnia-adela-turin-9782742723584Pour démarrer cette blog-campagne Egalitest pour les Gones, l’animation Un heureux malheur est le premier support que nous souhaitons vous faire tester si vous ne le connaissez pas encore. Il est depuis longtemps proposé en ligne par Du côté des filles, association européenne née en 1994 engagée pour une éducation égalitaire entre filles et garçons. Avant tout un classique de la littérature jeunesse écrit par Adela Turin, auteure par ailleurs du fameux Rose bonbon, Un heureux malheur nous ravit par ce qu’il dénonce – l’inégale répartition des tâches domestiques au sein d’une famille de souris – autant que par ce qu’il propose : plus de bonheur partagé en famille. L’angle qui est choisi par l’auteure n’est pas la dénonciation d’une grande injustice humaine – bien que nous la ressentions bien sûr au fil de l’histoire – mais la recherche du bonheur qui doit nécessairement passer par une remise en question des rôles traditionnels.

Pourquoi s’intéresser à l’inégal partage des tâches domestiques ? Nous savons que c’est l’un des obstacles majeurs à l’égalité femmes/hommes, obstacle qui perdure même depuis l’investissement massif des femmes dans la vie professionnelle. Perpétuée par des identités construites autour de ces rôles appris (nous entendons par exemple souvent « je délègue » ou « mon mari/ami/compagnon m’aide » de la bouche des femmes, comme si elles s’octroyaient la responsabilité de la vie domestique, ce qui amène ensuite à remercier celui qui « aide », parce qu’il « n’est pas obligé », alors que cela devrait procéder de la normalité), l’inégalité domestique croît avec le nombre d’enfants, puis devient la cause de nombreuses inégalités professionnelles. Mais pour reprendre l’argumentaire d’Adela Turin, qui est construit autour du bonheur généré par le développement des compétences et de l’estime de soi des personnes, l’écoute de leurs envies et surtout la remise en cause des carcans que constituent les normes sociales, sachez que les études montrent que le partage des tâches génère en effet du bonheur : les femmes demandent moins le divorce et les hommes sont plus heureux !

L’histoire :
La liaison entre la répartition des rôles nette et figée, dans laquelle les individu.e.s sont nié.e.s, et les rapports inégalitaires dans le couple, est mise en évidente de façon criante dans le récit et ses images. Avec humour, Adéla Turin nous décrit le quotidien de la famille traditionnelle, dans laquelle les rôles de la mère et du père sont bien définis et distincts, vécus comme immuables, nécessaires, même si ces attributions respectives ne conduisent pas au bonheur. Elle met en effet en scène la situation drôle et contrastée de mère-souris au foyer, mais très active pour tenir la maison et s’occuper de ses sept enfants et de père-souris qui a les attributs du travailleur (horaires, cartable, bureau…) mais qui s’ennuie terriblement toute la journée parce qu’il n’a rien à y faire ! Les protagonistes semblent se conformer à ce qui est attendu d’eux (la mère ne fait pas bruit en faisant la vaisselle, le père attend de la sérénité en rentrant le soir pour lire son journal dans son fauteuil, critique le repas et suscite l’admiration de ses enfants en leur racontant des fables dont il est le héros pendant le dîner). La tournant de l’histoire est une inondation qui va balayer le paisible foyer pendant que père-souris est au travail. Par nécessité, mère-souris va découvrir sa capacité et son envie de vivre une nouvelle existence où tous les codes sont bouleversés : elle sauve ses enfants de la noyade, devient inventive et exploratrice pour aménager un nouveau foyer. Père-souris en rentrant ne peut que constater les dégâts, la prouesse du sauvetage et les nouveautés, et se découvre par nécessité, lui qui se savait déjà fin gourmet, une passion heureuse pour la cuisine. Délaissant les rituels quotidiens devenus dérisoires, mère-souris apprend la musique et fait vivre à ses enfants de multiples épopées fantastiques. Elle vit enfin…
Quant à l’animation, il s’agit d’un dessin animé conçu par séquences, à l’issue desquelles l’internaute doit cliquer pour enclencher la séquence suivante, ce qui permet de suivre ou projeter l’histoire rythme adapté. Il est au final complété par un test de compréhension destiné aux enfants de 6 à 10 ans.

Parents, enfants de 6 à 10 ans, professionnel.le.s de l’animation ou de l’éducation, libraires ou bibliothécaires : partagez avec les internautes vos réactions jusqu’au 22 octobre 2012.
Adultes : Connaissiez-vous cet album pour cette animation ? Est-il toujours d’actualité ? Le test est-il adapté à tous les âges de 5 à 10 ans ? Pouvez-vous le tester auprès d’enfants et nous faire part de leurs réactions ? Quelle animation pédagogique pouvez-vous mettre ou avez-vous mis en place autour de ce test ?…
Enfants : Quel âge as-tu ? Que penses-tu de l’histoire ? Connais-tu des femmes ou des hommes qui se comportent comme mère-souris et père-souris avant le déluge ? As-tu fait le test ? Qu’as-tu compris ?…
Lien vers l’animation « Un heureux malheur » (cliquer sur le lien vers le conte)
Ajout du 27/03/2013 : Pour aller plus loin sur les tâches domestiques :

Prochain outil lundi prochain…

Partager sur...Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Email this to someone