Principes des pratiques proposées par Fabienne Gillonnier, enseignante en STAPS à L’Université de Savoie (cf. synthèse en lien) :

« A- Les principes de construction du cycle de course d’orientation


  • Permettre à tous et toutes des apprentissages qualitatifs malgré des besoins différents à des moments différents,
  • Identifier les différences genrées dans les productions des élèves,
  • Faire vivre à tous les élèves les différentes polarités des conduites « sexuées » en CO et de fait, mettre en place des situations permettant d’alterner dans les fonctionnements identifiés comme plus féminins ou masculins, sans pour autant le formuler explicitement aux élèves.


B- Les axes de transformations dépendant des observations initiales pourraient être
momentanément différents entres garçons et filles dans l’objectif d’une pratique commune le plus rapidement possible :


Pour les élèves au fonctionnement type « masculin », les objectifs poursuivis seraient
d’acquérir des outils pour :


  • mieux se retrouver, se recaler en acceptant de s’être perdu,
  • oser être ensemble à l’écoute pour acquérir des connaissances.

Pour les élèves au fonctionnement type « féminins », les objectifs poursuivis seraient :


  • accepter de se perdre et de se retrouver,
  • 
oser s’orienter seul par l’acquisition de compétences et oser diriger le groupe.

C- Un jeu de variables didactiques pour « se jouer des différences » et « déjouer les habillages ».


On l’a vu le rôle de l’EPS et des modalités d’apprentissage de la CO en EPS ne sont pas à minimiser, tant dans la reproduction des stéréotypes de sexe, soit au contraire dans la
construction de l’égalité sociale entre les sexes. Ainsi, l’un des principes clés à utiliser au
regard de ces différences semble celui de l’alternance à tous les niveaux des variables didactiques :

  • Dans la gestion de l’espace : alterner les lieux de pratique (du gymnase à la forêt, et de la
forêt à la ville, du stade au parc de proximité).
  • Dans la gestion des stratégies de déplacement : alterner des tracés (parcours) qui obligent à
aller « tout droit dans l’inconnu » et des tracés (parcours) sur lesquels il convient « d’assurer »
par des détours.
  • Dans la gestion des regroupements et des rôles sociaux : alterner les rôles sociaux, être guide et se faire guider par une fille puis par un garçon par exemple.
  • Dans la gestion de la nature de l’épreuve : alterner des épreuves avec peu de charges
émotionnelles d’apprentissage et des épreuves chargées d’émotion plus compétitives, plus
contemplatives.

Conclusion et perspectives


Cette étude a permis d’identifier les impacts de la construction sexuée des élèves sur leurs
apprentissages en éducation physique. Des stéréotypes de sexe formatent les conduites 
motrices et conditionnent les apprentissages plus encore dans les milieux naturels, inconnus, 
chaotiques et austères.

Les différentes articulations théoriques proposées du concept de genre, ont permis de questionner et de percevoir les obstacles à contourner pour que garçons et filles
apprennent, se comprennent et parviennent à de véritables acquisitions communes. Les 
propositions déclinées dans le cadre de cette « recherche-action » ont été expérimentées sur
quelques situations d’apprentissage dans une classe de seconde du lycée Marlioz à Aix-les-
Bains (73). Les pistes de travail ainsi ébauchées, le nouveau regard posé sur les élèves nous
ont ouvert des perspectives très prometteuses, car plus proches de nos élèves. La course  d’orientation à l’école est au cœur des enjeux actuels du système scolaire dans la lutte contre
les inégalités sexuées. Non seulement cette pratique permet l’amélioration des capacités
motrices, mais elle transmet un savoir porteur d’une plus grande « liberté » dans le sens d’un 
affranchissement individuel, d’une émancipation. Elle engage l’acquisition d’un « savoir s’orienter » dans le quotidien des garçons et des filles. Elle lutte contre la stigmatisation des stéréotypes de sexe à condition que les contenus proposés en EPS prennent en compte la
construction de l’identité sexuée des élèves et les différences motrices et cognitives qu’elle impose
. »

Lien vers la synthèse

Lien vers les propositions didactiques et pédagogiques détaillées

Si ce billet vous a intéressé.e, vous aimerez aussi :

Notre billet sur la boxe française – bonne pratique

Notre billet sur les pompes de filles – version 6ème – C’est pas pour toi

Partager sur...Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Email this to someone