Dans la suite de ce qui est assigné aux mères et aux pères dans les poèmes que nos enfants apprennent traditionnellement pour leur fête annuelle, voici des proses ou poèmes un peu plus neutres (avec des commentaires tout de même entre parenthèses)…

Maternelle

« Maman, (bémol : c’est le poème ‘maman bisous’ ; un papa a-t-il déjà reçu un poème ‘papa bisous’ ?)

Un bisou dans ton cou, c’est très doux…

Un bisou sur ton front, c’est très bon…

Un bisou sur ton nez, c’est pour s’amuser !

Un bisou sur ta joue, c’est le meilleur des bisous ! » (Auteur.e anonyme)

***

« Simplement

J’ai cherché dans les poèmes

Comment te dire je t’aime.

J’ai trouvé des mots savants

Bien trop longs pour mes cinq ans.

Alors, j’ai cherché ailleurs

Et j’ai trouvé dans mon coeur

Les mots que tu m’as appris (bémol : c’est la maman qui transmet le langage, celui de l’amour en particulier)

Quand j’étais encore petit (bémol : pas si neutre, c’est un garçon qui parle…)

Maman, je t’aime, grand comme ça !

Je le dis avec mes bras. » (Auteur.e anonyme)

***

« Mon petit cœur a demandé

A Monsieur le grand alphabet

De lui écrire un mot d’amour

Qu’il pourrait garder pour toujours.

Monsieur le grand alphabet

A pris un P, un A,

Encore un P, encore un A

et a écrit le mot PAPA

Et puis voilà ce qu’il m’a dit :

« Voilà pour toi le mot PAPA

Ne le perds pas, c’est un trésor,

Un grand trésor qui vaut de l’or »

Alors je l’ai mis dans mon cœur

Et je te dis avec bonheur :

Bonne fête papa ! » (Poésie de Nanoug – 2008)

CE1 :

« Te remercierai-je jamais assez

De m’avoir mis au monde

Et de m’avoir donné

Tant d’arbres à aimer,

Tant d’oiseaux à cueillir

Tant d’étoiles à effeuiller,

Tant de mots à faire chanter,

Tant de cœurs à comprendre,

Tant de jeunes filles à entendre,

Tant de mains d’hommes à serrer

Et une âme de petit enfant

Qui me demande à l’existence

Qu’un peu de brise pour son cerf-volant. » (Maurice Carême)

 

Partager sur...Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Email this to someone