Par Violaine

2015-06-Mondial métiers
Photo extraite du site du mondial

Le mondial des métiers 2015 en Rhône Alpes s’est déroulé en mars  et je tiens à saluer tout particulièrement le travail de rééquilibrage qui a été réalisé pour masculiniser et féminiser tous les noms de métier (visiter là). Une élève de troisième qui l’a visité m’a fait part de cette innovation qui l’a particulièrement marquée lorsqu’elle a visité le Mondial avec son collège et feuilleté le guide papier des visiteurs et visiteuses.

Nous serions très curieux·ses de connaître les évolutions de perception des élèves, des personnels éducatifs et des parents, mais aussi des entreprises d’accueil d’apprenti·e·s, suite à cette initiative.

Le 9 janvier 2013, nous avions adressé un mail au Conseil Régional, qui nous avait demandé de participer à une table ronde sur la mixité des métiers pour le mondial 2013. Son contenu, qui appuie une démarche dont la Région avait bien sûr déjà perçu la nécessité, est retranscrit ci-après :

« Suite à notre conversation avec François Boutin, à votre projet de table ronde sur l’égalité et la mixité dans l’orientation scolaire et une rapide navigation sur le site du mondial des métiers, je souhaiterais vous faire part d’une suggestion qui pourrait affirmer et renforcer votre démarche : compléter la liste des métiers entièrement déclinés au masculin aujourd’hui sur le site de présentation du mondial (sauf « femme de ménage » et « sage femme – maïeuticien ») par la déclinaison féminine.

En effet, l’évènement que vous souhaitez organiser aura d’autant plus de sens si la démarche que vous souhaitez soutenir à travers cette table ronde, à savoir une plus grande mixité des métiers, donc un accès à tous et toutes à toutes les filières, donc une projection possible pour filles et garçons dans tous les métiers, est en cohérence avec la communication de l’évènement.
Or la langue française ne permet pas la neutralité en utilisant le masculin. Seul un langage épicène pourrait être l’alternative à une description dans les deux genres masculin et féminin.

Pour les mêmes raisons qui obligent les employeur·e·s à utiliser la mention H/F ou à masculiniser ET féminiser les offres d’emploi (c’est-à-dire la visibilité de l’accès aux femmes comme aux hommes à tous les métiers), il est en effet nécessaire de féminiser aussi. Nous avons rédigé un article dans notre site sur le sujet 1, qui rapporte notamment l’interview du linguiste Yannick Chevalier sur cette question (Master EGALES) et les résultats fort instructifs d’une étude intitulée l’Impact de la féminisation lexicale des professions sur l’auto-efficacité des élèves : une remise en cause de l’universalisme masculin ? 2
Ce billet rappelle bien sûr la marche (officielle) à suivre 3 pour féminiser, les possibilités du langage épicène 4, les circulaires ministérielles 5, pour les « anti » féminisation (parce que « c’est moche », c’est inutile », « la langue ne le permet pas »…) le compte-rendu d’une conférence 6 que Mme Rabatel avait organisée sur cette question et un diaporama 7 disponible sur le net que nous trouvons intéressant, enfin un signet 8 que nous avons fait (et qui pourrait être distribué pourquoi pas en partenariat avec la Région aux exposant.e.s du mondial ?), un article d’une blogueuse 9 qui oeuvre pour l’égalité professionnelle et celui récent de Muriel Salle 10 sur le sujet.

Par ailleurs, nous avons en finalisation de montage un micro-trottoir 11 réalisé par deux étudiantes dans les rues de Lyon sur ce sujet, qui montre que « spontanément », une partie des personnes n’envisage pas du tout qu’une femme puisse exercer la profession de chirurgien si le terme est au masculin… Nombre de personnes tombent des nues lorsqu’elles découvrent que le chirurgien était une femme (ce qui est la clé de l’énigme qui leur est soumise).
Si ce document vous intéresse, n’hésitez pas à nous le faire savoir.

En espérant vous avoir donné l’envie et les moyens d’agir avec toutes ces informations (que vous connaissez peut-être déjà), je suis à votre disposition pour d’autres éléments.

Bien cordialement

Violaine Dutrop-Voutsinos

Présidente de l’Institut EgaliGone »


Notes de bas de page :

1 – Article « Dire les hommes et les femmes dans la langue française »

2 – http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/psy_0003-5033_2005_num_105_2_29694 – Armand Chatard, Serge Guimond, Delphine Martinot, 2005

3 – http://www.culturecommunication.gouv.fr/Politiques-ministerielles/Langue-francaise-et-langues-de-France/

4 – http://www.egalite.ch/langage-epicene.html

5 – http://www.culturecommunication.gouv.fr/Ressources/Documentation-administrative/Le-guide-d-aide-a-la-feminisation-des-noms-de-metiers-titres-grades-et-fonctions-1999

6 – Conférence du 27 septembre 2010 organisée par Mme Thérèse Rabatel sur la féminisation des noms de métier, avec le linguiste Jean-Marie Klinkenberg

7 – Contre l’invisibilisation, la féminisation du langage, par Karine Dorvaux, SNUipp

8 – Page « Dire les hommes et les femmes » : http://egaligone.org/se-former-pour-agir/nos-publications/dire-les-hommes-et-les-femmes/

9 – Chèfe d’entreprise », vous trouvez ça « laid » ?, blog Ladies and gentlemen, 2012

10 – Le langage, catégorie utile pour la lutte féministe, Muriel Salle, 28/09/2012, blog Genre Egalité Mixité

11 – L’énigme du chirurgien, 2012, microtrottoir EgaliGone. Depuis le mail, le micro-trottoir est en ligne.


Autres publications sur le sujet :

Ce que dit un guide sur l’orientation de la mixité filles garçons

Partager sur...Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Email this to someone