2015-06-Féminisation 2010Cet article retranscrit le compte-­rendu d’une conférence (donnée le 27/09/2010) rédigé par Violaine   Dutrop-­Voutsinos,   qui   espère   ne   pas   avoir   trahi  les  propos  et  pensées  des  personnes  intervenantes  (version  2  intégrant  la  lecture  de  Thérèse  Rabatel, élue à la Ville de Lyon).

Accéder au document au format PDF


Encart  de  présentation  dans   Lyon  Citoyen  de  septembre   2010  :   «  Pourquoi  dire  « directeur »   quand  il  existe « directrice » ? Pourquoi  cacher  les  femmes, leur rôle social,  leurs réussites, les métiers qu’elles peuvent exercer parfois dans des domaines que l’on n’attend pas  ? Pourquoi  ne  pas  respecter   les  deux décrets qui instituent en France la  féminisation  des  titres, grades, fonctions… depuis 1986  ?  Tel  est  le  thème  de  la   conférence  publique  proposée par Thérèse Rabatel,  Adjointe au Maire,  avec  la  participation  du linguiste  Jean-­Marie   Klinkenberg,  spécialiste européen du sujet, le 27 septembre à l’Hôtel de Ville  »  de Lyon.


Introduction  de  Thérèse  Rabatel,  adjointe  au  maire  de  la  ville de  Lyon  (extraits)  

Le thème de cette conférence n’est pas anecdotique. La langue  charrie  notre  façon  de  penser.  Benoîte  Groult  a  dit  des mots très pertinents sur le sujet, notamment dans son essai « Ainsi soit-­‐elle ». Je suis très choquée par les femmes qui se cachent derrière des titres masculins. Lorsqu’on vous appelle Mme Le Directeur,  je vous incite à répondre M. La Directrice, pour montrer ce que cela fait.

Nous sommes dans un pays où les femmes  sont encore affublées d’un Mme ou d’un Mlle qui étiquète leur état civil, avec des Mlle à 50 ans pour les célibataires  !

Ces   pratiques   langagières   ont   notamment   un   impact   sur l’orientation scolaire, car les métiers offrent   un   éventail   plus   grand dans les esprits lorsqu’il sont au masculin ET au féminin  (et réciproquement). La ville de Lyon n’est pas exemplaire sur le sujet, même si des efforts sont faits, notamment dans le magazine Lyon Citoyen ainsi que dans certaines actions de communication.

Pourtant, nous avons deux circulaires en France qui devraient guider notre action, ainsi que des recommandations argumentées du Conseil de l’Europe. La féminisation n’est pas obligatoire sur un plan   personnel, mais les textes/offres d’emplois… émanant des collectivités territoriales, administrations, Etat, doivent respecter la loi et donc féminiser obligatoirement  !



Jean-­Marie  Klinkenberg  

Je vais commencer par vous raconter une histoire. Un homme  est en voiture avec son fils. Ils ont un accident.   Le père meurt et le fils se retrouve à l’hôpital aux urgences. Il faut bien sûr l’opérer. Il arrive au bloc opératoire, et le chirurgien qui s’apprête à l’opérer s’exclame : « Oh ! Je ne peux pas l’opérer ! C’est mon fils !! ».  Lorsque  je  raconte  cette  histoire,  je  demande  ensuite  à  mon  auditoire son interprétation. J’ai eu   toutes   les   interprétations   possibles  :   personnes   transgenres,   dédoublement   de   personnalité,   folie,   des   inventions   toutes   plus   rocambolesques   les   unes   que   les   autres,   et   rarement   la   bonne   explication.   Le   chirurgien   est   tout simplement une chirurgienne, donc la mère de l’enfant. Mais quand on nomme un métier au masculin, les gens voient un homme, ce qui est après tout bien normal. La   question   du   genre   grammatical  suscite  bien  une  cécité  chez  le  francophone.  Je  vais  donc  vous démontrer qu’il faut féminiser les noms de métier, que  la  langue  le  permet,  et qu’aucun contre-argument ne tient.


Préalable   1  :   Langue,   genre,   sexe   et  représentations  

Chez le linguiste, le genre et le sexe n’ont rien à voir l’un avec l’autre.   Le   genre   est   une   propriété   formelle   qui   permet   les   accords   et   qui  constitue  une  référence  pronominale.

Il existe des langues qui n’ont pas genre, comme   le   turc   ou   le   ketchua.   En   danois,   il   y   a   deux  genres,  mais  ce  sont  le  genre  neutre  et  le   genre   commun  :   on   se   passe   donc   du   masculin   et  du féminin. En allemand, c’est la lune qui est masculin   et   le   soleil   féminin,   ce   qui   met   à   mal   quelques   représentations   symboliques   du  francophone…

Il   y   a   cependant   un   point   sur   lequel   sexe   et   genre   coïncident : c’est le vivant, l’humain ou l’animal. A partir de cette coïncidence,   nous   projetons   toutes   nos   représentations.   Car   le   genre   grammatical   peut   modeler   puissamment   nos   représentations. Il n’est pas innocent :  il  produit  des  effets  sociaux  importants.  

Préalable   2  :   Langue   et   société,  identité  et  pouvoir  

La   langue   est   un   instrument,   une   grille   pour   décoder   et   dire   le   monde.   Pour   le   nomade, c’est la langue qui est son paysage. C’est aussi un instrument de pouvoir : c’est celui qui parle  le  plus  fort  la  langue qui produit   des  exclusions.  La  langue  creuse  le  fossé  entre   le  citoyen  et  le  pouvoir.

L’Etat pourrait autant s’occuper de la langue que de la santé ; la politique linguistique est primordiale,  car  exclusions il y a. C’est dans ce contexte que des mesures, textes, recommandations ont été mis en place.


On   distingue   la   féminisation   des   termes   et   la   féminisation  des  textes  (usage  de  la  parenthèse   ou  du  slash  -­‐  étudiant/es  -­‐,  de  termes  génériques   comme   «  gens  »   ou   «  personnes  »   ou   droits   «  humains »…). En Grande Bretagne, on privilégie  les   termes   génériques  :   le   corps   enseignant,   la   population,   le   milieu   de l’artisanat… L’enjeu de la féminisation des textes,   ou   plutôt   de   la   démasculinisation   des   textes,   est   très   fort  ;   il   nécessiterait   une   autre conférence et n’est pas traité ici. 


Pourquoi  féminiser  les  noms  de  métiers  et  fonctions  ?  

Pour   échapper   à   quatre   effets   produits   par  l’utilisation du masculin : 

1. Le  masculin  occulte  le  rôle  des  femmes  

Ce qui n’est pas nommé publiquement n’existe pas socialement. L’anecdote sur le chirurgien qui était une chirurgienne   en   témoigne,   ainsi   que   des   expériences   menées sur l’association entre des images et des professions, dans lesquelles les   personnes   interrogées   associent  systématiquement  un  sexe  à  une  profession.

2. Le masculin nie l’identité des femmes 

Elles   apparaissent   comme   des   femmes   déguisées   en hommes (il faut que l’usage / la société permette d’assumer l’identité féminine).

3. Le  masculin  hiérarchise  les  fonctions  sociales  

Directeur est hiérarchiquement supérieur à Directrice dans les représentations.

4. Le  masculin  inhibe  les  candidates  

Le problème de l’accès aux professions est très important. L’usage du masculin crée cette impression dès le plus jeune âge  que  «  ce n’est pas pour moi  ».

La  citation  de  Jean-­‐Marie  Klinkenberg  :  

« Ce qui ne s’énonce pas n’existe pas. ».    


La  féminisation  du  lexique  :  une  histoire  ancienne,  un  débat  récent  

Dans notre histoire, l’usage social a favorisé les deux sens pour les femmes :  épouse  de  ou  profession.  Les   métiers  féminins,  nobles en particulier, ont longtemps été féminisés (régente, médecine…). Une hiérarchie sociale s’instaure, surtout au 19ème  siècle  :  le  féminin  est  aussi  utilisé  pour  désigner  «  la  femme  de  »  dans  la   haute   société,   tandis   que   les   ouvrières   sont   ouvrières, et pas femmes d’ouvriers. Au 19ème siècle,   une étudiante est la femme ou l’amie d’un étudiant.

Le   système   où   le   féminin   désigne   «  l’épouse de  »   est   dénoncé   en   2ème   partie   du   20ème   siècle   avec   les  mouvements féministes. Mais dès 1932, l’Académie française fait  entrer  des  néologismes  féminins  dans  la langue (factrice, aviatrice…) :  la  langue  offre  assez  de  ressources  pour  la  féminisation.

La  féminisation  du  lexique  :  les  réticences  

Le   cache-­sexe de la féminisation sera linguistique pour ne pas avouer le voeu de   cantonner   les   femmes   à   certaines  tâches  et  activités.

  • Objections  linguistiques  internes  et  réponses  du  linguiste  
    • «  Vous  confondez  genre  et  sexe  » => Réponse  déjà  apportée  dans l’encart du préambule. 
    • «  Vos  nouveaux  féminins  ont  déjà  un sens  »  (la  femme  de) => D’une part, les mots changent de sens, et d’autre part, cela n’a jamais été gênant qu’un même ensemble de sonorités aient plusieurs sens (ex. de la cafetière, ou des homonymes).
    • «  Les  noms  au  masculin  sont  neutres  »  => Non, il n’y a pas de genre neutre en français. Ces personnes distinguent la personne et la fonction, qui n’aurait pas de sexe. Le problème est qu’on confond le masculin collectif et le masculin individuel. Si l’argument tenait, on ne dirait pas Mme l’instituteur. Ce raisonnement du « neutre » est en outre inéquitable, car il ne touche que les fonctions les plus hautes…
  • Objections  linguistiques  externes  et  réponses  du  linguiste  
    • «  On  ne  peut  pas  légiférer, c’est l’usage qui doit décider. » => On  oscille  entre  la  peur  de  la  tyrannie  (si l’Etat oriente / réglemente) et  le  ridicule (si  l’Etat ne se donne pas les moyens).  Pourtant,  l’Etat a le droit d’intervenir dans ce qui est de sa juridiction (une   entreprise   peut   bien   nommer   ses   produits  !). Effectivement,  l’Etat (ni personne) ne peut imposer à quelqu’un son propre langage,  mais  il  peut  réglementer  sur  son  propre  langage. L’objection tombe lorsque l’usage ne correspond pas au fantasme de l’usage acceptable : on le décrète illégitime (langage des écoliers / SMS…) !! Cette   objection   est   également   étonnante  quand on s’aperçoit que nombre de français pensent que le périphérique (Belge, Québécois…) est locataire de la langue française, et qu’il devrait se faire dicter son usage… !!
  • Objections  esthétiques  et  éthiques  et  réponses  du  linguiste  
    • «  Les  formes  au féminin  sont  laides  » => Drôle d’argument, nouveau de surcroît (argument de résistance ?)
    •  «  C’est dévalorisant » => On ne peut qu’inciter à travailler   sur   les   représentations   sur   son   sexe,   et   sur l’autre sexe… !

Ce  que  signifient  les  objections  

Parole  de  linguiste, la réfutation n’épuise jamais l’argument… L’exemple de la cafetière est flagrant  :  elle  a   toujours  désigné  la  profession  de  tout  temps  dans  les  dictionnaires.

Si l’argumentation linguistique ne suffit pas, c’est que les objections viennent d’auilleurs. Les deux principales raisons qu’il est possible d’avance sont :

1. Nous avons une conception essentialiste de la langue très francophone

2. Nous avons une conception de la société (sexiste) très stable (s’en référer au grand nombre de plaisanteries sexistes qui ne choquent même pas). On touche donc à des valeurs profondes, et par là, on insécurise les personnes.

 



Echanges  avec  la  salle  

  • Sur  la  neutralité  des  textes  (langage  épicène)  :  « Parler  de  lectorat  au  lieu  des  lecteurs  peut  faire  diminuer l’accès à la langue, donc ce qu’on gagne d’un côté, ne le perd-on pas de l’autre ? » => C’est un  risque  possible.  Ce  dossier  est  capital,  mais  il  est  très  délicat  à  traiter.
  • «  Si  dans  un  texte,  on  multiplie  les  marquages  du  féminin,  on  risque  de  lasser  à  la  lecture  »  ;  «  la   souplesse   est   importante   pour   éviter   les   urticaires  ».  => En   Belgique,   une   maquette   «  Mettre   au   féminin  »   a   été   déployée   à   très   grande   échelle,   pour   dédramatiser   et   sensibiliser   le   grand   nombre.   Mettez   en   France  de l’argent pour créer des instruments et sensibiliser :   on   voit   de   très  bons  progrès  en  Belgique.
  • «  Comment   féminiser  ?  »  ?   «  Quel   marquage   choisir  ?  »   => Une   députée   a   publié   un   article   très   convainquant   et   argumenté   en   faveur   de   la   barre   oblique  :   ni   entre   parenthèse,   ni   attachées,   mais  bien  égales  et  indépendantes,  voici  comment  les  femmes  apparaissent  avec  un  slash.
  •  «  Comment  faire  quand  le  «  masculin  collectif  »  peut  légitimement  être  utilisé  mais  que  plusieurs   interprétations  sont  possibles  ?  »  => Contournez  !  La  langue  permet  tout.  Utilisons-­la.
  • «  On  voit  de  plus  en  plus  de  formes  en  -eures  ».  => Oui, c’est contraire aux préconisations, mais cela indique une tentative d’aller vers les féminin.
  • «  Tous  les  métiers  peuvent-­‐ils  vraiment  être  féminisés  ?  »  => OUI  !!!  Se  référer  au  guide  «  Femme,  j’écris ton nom »  disponible  sur  internet,  et  aux  circulaires  du  11  mars  1986  (L.  Fabius)  et  du  6   mars  1998  (L.  Jospin).  La  terminaison  en  -eur  est  quasiment  la  seule  qui  pose  un  peu  problème   avec  quelques  hésitations,  mais  l’usage tranchera ; et il est en train de trancher pour professeurE, docteurE…
  • «  Dans l’esprit des femmes elles-mêmes, l’obstacle est grand »  =>   oui,   un   gros   travail   sur   les représentations est à faire ; Elles se dévalorisent sans sen rendre compte. Elles s’ignorent et se rendent  invisibles.
  • «  Peut-­‐être  que  dans certaines circonstances, en appeler avec insistance à l’identité sexuée est vécu  comme  déplacé.  »
  • «  Travailler sur la féminisation des métiers, c’est essentiel, mais travailler  sur  la  masculinisation   des  métiers  continuellement  féminins,  ce  serait  bien  aussi.  »
Partager sur...Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Email this to someone