Marion

Dernière recrue en Service Civique, voici Marion Ott. Et comme on n’est jamais mieux servi que par soi-même, elle a rédigé quelques lignes pour se présenter.

Bonjour, je m’appelle Marion et je suis en Service Civique à Egaligone depuis le 1er Septembre. Je suis ravie de me présenter à vous par ce mot.

Cela fait deux ans que je pense au Service Civique et je me décide enfin à postuler, après plusieurs années à me chercher, et surtout à me perdre dans le système éducatif. J’ai passé un an à préparer mon bac ES en candidat libre, à la recherche de nouveaux horizons. J’ai postulé à quelques annonces de missions, toujours en rapport avec l’art et/ou le social. Ce sont deux domaines qui me donnent envie d’avancer. Je fais du théâtre depuis plus de 11 ans, et je souhaitais cette année me diriger vers autre chose, je voulais me rendre utile et aider.

J’ai donc été reçue à Egaligone pour un « entretien »; j’y suis allée avec un peu de stress puisque je ne connais pas grand chose à l’égalité hommes/femmes et encore moins au genre. Je m’y suis rendue tout de même avec toute ma bonne volonté, mon énergie et mon sourire. Je me demandais pourquoi choisir quelqu’un comme moi qui, franchement, à part faire du théâtre n’avait pas accompli grand chose dans sa petite vie d’ardéchoise. Certes, je connais le milieu associatif pour en faire partie avec le théâtre, mais à part la création d’une coopérative d’activités éphémère cet été et quelques expériences de bénévolat par-ci, par-là pour aider ma grand-mère dans la banque alimentaire de son quartier, je n’ai pas la carrure d’une défenderesse (oui ça se dit, oui!) de l’égalité hommes/femmes. J’ai vite appris, vite compris que ce n’était pas ce que recherchait l’Institut et ça m’a plu!

J’ai toujours été sensible à l’égalité, à tout niveau que ce soit, la tolérance et le partage, mais jamais au point de m’investir ou de m’engager. Je pense, et j’espère, que cette expérience pourra me donner l’envie d’en faire plus pour mes valeurs, et arrêter de rester dans mon coin à lire dans mes propres pensées, sans essayer de changer les choses ou d’au moins en parler autour de moi.

Je suis donc plus que motivée à apprendre, et apporter mon grain de sel. Je n’ai passé que peu de temps dans l’association et je me rends déjà compte de certains stéréotypes ancrés dans notre société mais aussi de faits avérés qui font que ces clichés perdurent dans nos têtes. Des expériences comme celles-ci ne peuvent que m’aider à gagner en maturité, mieux penser et réfléchir, acquérir de l’expérience et faire la rencontre de nouvelles personnes.

Partager sur...Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Email this to someone