LES CRITÈRES D’UN LIVRE ÉGALITAIRE

– Les rôles des personnages : ils doivent être mixtes. Les personnages ne doivent pas être restreints à adopter les codes qui leurs sont généralement associés en fonction de leur sexe. A travers nos analyses, nous avons en effet remarqué que les domaines du passif et de l’intérieur sont quasi-systématiquement associés aux personnages de sexe féminin tandis que les domaines de l’actif et de l’extérieur sont associés aux personnages de sexe masculin.

– Les illustrations : elles doivent être variées. Le positionnement des personnages ainsi que les couleurs, les vêtements et les objets qui leur sont associé.e.s doivent être varié.e.s et neutres au maximum.

– Le langage : les adjectifs qui caractérisent un personnage doivent être mixtes. Nous avons en effet noté à travers nos analyses que les personnages féminins sont très majoritairement décrits à travers des caractéristiques esthétiques et par des adjectifs réducteurs comme « jolie », « petite », « mignonne », « minuscule », « douce », « fragile », etc. tandis que les personnages masculins sont décrits à travers des caractéristiques d’intelligence et des adjectifs imposants et de mise en valeur comme « malin », « rusé », « fort », « courageux », « vaillant », etc.

– Les animaux et insectes humanisés : les types d’animaux et d’insectes respectivement associés aux personnages féminin et masculin doivent être mixtes. Nous n’avons en effet pas eu de mal à remarquer que les personnages féminins sont très majoritairement représentés par des animaux de petite taille – souris, grenouilles, etc. – et par des insectes – fourmis, abeilles, araignées, etc. – tandis que les personnages masculins sont bien plus imposants – lions, tigres, ours, loups, dragons, etc.

CE QU’ON ATTEND D’UNE BIBLIOTHÈQUE ÉGALITAIRE

Tout d’abord, il est évident qu’une bibliothèque égalitaire doit contenir majoritairement des ouvrages qui s’éloignent au maximum des stéréotypes féminin / masculin. En effet, ceux-ci doivent servir de référence et contrebalancer la présence d’ouvrages stéréotypés, malheureusement bien plus faciles à trouver. Le premier cycle d’ateliers sur la littérature jeunesse nous a en effet prouvé qu’il est aujourd’hui difficile de trouver un album jeunesse égalitaire selon les critères que nous avons élaborés et donc quasiment impossible de constituer une bibliothèque avec uniquement de véritables albums égalitaires. Cependant, il est possible d’équilibrer le contenu d’une bibliothèque, c’est pourquoi nous avons conclu qu’une bibliothèque égalitaire pouvait contenir des ouvrages qui véhiculent des stéréotypes. D’autant plus qu’un album très stéréotypé et sexiste peut avoir de l’intérêt si sa lecture est suivie d’une discussion avec les enfants / les élèves. Il peut en effet servir d’accroche et de support pour débattre de l’égalité filles/garçons et femmes/hommes et être ainsi à l’origine d’un véritable travail de réflexion à partir de situations concrètes.

Voici donc les différents critères que nous attendons d’une bibliothèque égalitaire, contenant des livres d’histoire mais également des ouvrages documentaires :

– Une parité numérique : il doit y avoir autant de personnages féminins que masculins sur le total des histoires, et notamment autant de héros que d’héroïnes ;

– Une mixité des rôles et des schémas socio-culturels : sur l’ensemble des livres, les rôles de chacun.e doivent être mixtes et sortir des représentations traditionnelles du garçon et de la fille, de l’homme et de la femme, du père et de la mère mais également des schémas familiaux, des relations humaines, des émotions, etc. ;

– Une variété des couleurs, des attributs physiques et des traits de caractère respectivement associé.e.s aux personnages féminins et aux personnages masculins, tant dans le langage que dans les illustrations et que les personnages soient humains ou humanisés ;

– Des personnages non sexués : une bibliothèque égalitaire devrait enfin contenir plusieurs ouvrages dans lesquels les personnages ne sont pas sexués afin de laisser les enfants s’identifier librement.


Ces critères ont été élaborés collectivement lors du 4ème atelier EgaliMois réuni autour du décryptage d’albums jeunesse en 2013.

Lien vers la restitution complète de l’atelier avec exemples d’albums

Pour aller plus loin sur le décryptage d’albums jeunesse

 

Partager sur...Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Email this to someone