2015-05-fille-question-c-br-bidulz
Photo libre de droits à usage non commercial provenant de la banque d’images Bilduz

A l’occasion d’une mission réalisée avec l’Université Lyon 1 en 2014, nous avons compilé des citations savoureuses, thématiques et plus ou moins récentes sur les capacités des femmes à occuper une place dans différentes sphères de la société… Certaines sont égalitaires mais beaucoup le sont nettement moins. C’est l’occasion de montrer que de tout temps, différentes opinions co-existent sur le sujet, avec des idées reçues que les réalités ont parfois bien du mal à éradiquer.

Nous pouvons donc (et vous aussi !) proposer un atelier « Qui a dit quoi ? (et quand ?) » qui prédispose aux débats… Car certaines idées reçues d’hier courent encore aujourd’hui !

Qui a dit quoi ?

Propos sur les femmes aux études, au travail, à la cité

(réponses numérotées en bas de page : il suffit de faire trouver les numéros aux participant·e·s)

EDUCATION « Elles sont plus aptes à l’enseignement que les hommes. Leur esprit qui embrasse moins que le nôtre, saisit et retient mieux : elles ont quelque chose d’absolu dans l’intelligence qui donne la précision et la clarté ; elles ont d’instinct la connaissance de l’enfance : qui possède plus qu’elles la patience, la ténacité et la souplesse ? »

11

ETUDES SUPERIEURES «  Il y a dans l’existence féminine une place toute faite pour le cœur et les missions de dévouement ; il n’y en a guère pour le don de soi à ces choses si peu vivantes aux yeux des femmes que sont les livres. En face de ceux-ci, la jeune fille abandonne donc forcément ce qu’elle a de plus proprement elle-même, son activité sentimentale, qu’elle remplace par une vie artificielle, égoïste, qui déforme sa mentalité, la déséquilibre en quelque façon. [] Physiquement [] nous ne sommes point bâties pour ce régime de vie entièrement anormal. Ce ne seront ni l’habitude, ni de stupides présentations d’égalité avec l’homme, qui changeront notre fragilité naturelle, et nous ferons supporter sans préjudice ces [études]. »

16

ETUDES « Dieu les destine comme nous aux plus hautes fonctions : gouverner les Etats, conseiller les rois ou les princes, exercer la médecine et les autres arts utiles au genre humain, devenir prophétesses, faire des remontrances aux prêtres et aux évêques. Pourquoi prétendre leur enseigner l’a-b-c et les éloigner ensuite des livres ? »

1

ETUDES SUPERIEURES « Elles ne doivent ni gouverner l’Etat, ni faire la guerre, ni entrer dans le ministère des choses sacrées [de même que] la plupart des arts mécaniques même ne leur conviennent pas. [] Retenez leur esprit le plus que vous pourrez dans les bornes communes, et apprenez-leur qu’il doit y avoir, pour leur sexe, une pudeur sur la science presque aussi délicate que celle qui inspire l’horreur du vice. [] La science des femmes, comme celle des hommes, doit se borner à s’instruire par rapport à leurs fonctions ; la différence de leurs emplois doit faire celle de leurs études. [] Montrez-leur combien elles sont incapables d’enfoncer dans les difficultés du droit. » (p.62) puis (p.161) puis (p.131) puis (p154).

2

NATURE « Ce qu’on appelle aujourd’hui la nature des femmes est quelque chose d’éminemment artificiel »« Comprendre une femme ne veut pas dire nécessairement comprendre toutes les femmes. »

9

CAPACITES « Beaucoup de femmes ont prouvé qu’elles étaient capables de tout, peut-être sans la moindre exception »« La supériorité mentale de toute sorte est à présent partout très en-deçà de la demande ; il manque tant de personnes compétentes pour faire avec excellence quoi que ce soit qui requière une quantité considérable de capacités, que la perte pour le monde que provoque le refus d’utiliser la moitié de la somme globale de talent qu’il possède est extrêmement lourde. »

8

COMPETENCE « La femme serait vraiment l’égale de l’homme le jour où, à un poste important, on désignerait une femme incompétente. »

19

INDEPENDANCE ECONOMIQUE « Les femmes doivent pouvoir subsister indépendamment des hommes, comme les hommes peuvent subsister indépendamment d’elles. […]. Alors naîtront les véritables relations entre les hommes et les femmes, et seront éteintes celles d’esclavage d’un côté et de domination de l’autre. »

5

DROITS « Est-il contradiction plus révoltante que celle qui exclut de nos assemblées politiques des êtres que les plus grands peuples de l’Europe reconnaissent pour leurs Souverains. »

3

DROITS « Pourquoi des êtres exposés à des grossesses, et à des indispositions passagères, ne pourraient-ils exercer des droits dont on n’a jamais imaginé de priver les gens qui ont la goutte tous les hivers, et qui s’enrhument aisément ? »

4

SPORT « les fonctions spécifiques, menstruations, grossesses, allaitement, qu’une femme doit subir et remplir, sont incompatibles avec un effort musculaire intense…La femme n’est pas faite pour lutter mais pour procréer »

15

SPORT « La jeune fille qui serait développée et entraînée d’une façon aussi complète et poussée que le jeune homme pourrait se mesurer à peu près à égalité avec lui dans l’ensemble des épreuves. Mais le rôle social et familial de la femme, les habitudes de vie, la façon dont on l’élève, sa mentalité, ses aspirations, dont il faut bien tenir compte, entravent son développement et ne la disposent pas en faveur des manifestations de force »

12

SPORT « Pour moi, une femme qui se bat au judo ou dans une autre discipline, ce n’est pas quelque chose de naturel, de valorisant […] Pour l’équilibre des enfants, je pense que la femme est mieux au foyer »

20

SPORT « J’espère qu’elles ne vont pas faire une carrière dans le tennis parce que pour une femme, c’est vraiment difficile. Je ne voudrais pas que ma sœur devienne joueuse de tennis professionnelle, c’est un choix difficile à faire dans la vie », répond-il aux journalistes. « Vous savez, je pense que les femmes doivent profiter de la vie, elles doivent penser à la famille, aux enfants. Comment envisager d’être mère avant l’âge de 27 ans quand tu es une joueuse de tennis professionnelle ? Ce n’est pas sérieux ».

23

SPORT « Une olympiade femelle serait impratique, inintéressante, inesthétique et incorrecte. Le véritable héros olympique est, à mes yeux, l’adulte mâle individuel. Les JO doivent être réservés aux hommes, le rôle des femmes devrait être avant tout de couronner les vainqueurs. »

13

SPORT « Sans gymnastique, je ne saurais trop répéter, pas d’éducation physique chez les filles, pas de formes régulières, pas de proportions heureuses, pas d’aptitude à une maternité efficace, pas de descendance robuste. C’est dire la gravité de cet intérêt. »

10

ARTS «  Déjà le corps féminin nous apprend que la femme n’est pas faite pour les grands travaux ni intellectuels ni physiques. [] les plus éminents cerveaux de tout ce sexe n’ont jamais pu réaliser une seule œuvre véritablement grande, authentique et originale dans les beaux-arts ni gratifier le monde d’une œuvre quelconque de valeur durable [] elles sont partout ancrées dans le subjectif. »

6

MUSIQUE « On l’a élargi [le Conseil Supérieur du Conservatoire], parce qu’on y a fourré des journalistes, des directeurs de théâtre, des femmes, parce qu’il n’est plus composé seulement de gens compétents. »

14

MUSIQUE « Une femme qui compose est semblable à un chien qui marche sur les pattes de derrière. Ce qu’il fait n’est pas bien fait, mais vous êtes surpris de le voir faire. »

17

USINE « La femme devenue ouvrière n’est plus une femme. C’est que la femme, Au lieu de cette vie cachée, abritée, pudique, entourée de chères affections, et qui est si nécessaire à son bonheur [] au milieu de compagnes d’une moralité douteuse, en contact perpétuel avec des hommes, séparée de son mari et de ses enfants. »

7

AVIATION « Le cockpit d’un avion n’est pas un endroit adapté pour une femme. Le fait d’être mère est le plus grand des honneurs pour une femme, pas d’être capitaine »

22

MARINE « Cette féminisation n’est « ni souhaitable, ni envisageable. Nous n’avons aucun problème avec nos équipages. Pourquoi vouloir s’en créer, alors que rien ne nous y oblige ».

18

MAGISTRATURE « D’après moi, il faut avoir les épaules larges. Et surtout au pénal, il faut avoir les épaules très larges. Est-ce qu’une femme a les capacités pour le faire ?»« Je ne veux pas critiquer, mais vous n’avez pas d’avocates qui soient des avocates de renom, connues comme de grandes pénalistes. Ça n’existe pas. »« Est-ce qu’une femme a les capacités pour supporter le poids de toutes ces affaires ? »

21

 

  1. Coménius (1592-1670) Source : La Grande Didactique ou l’art universel de tout enseigner à tous, Paris, Ed. Klincksieck, 1992 Coménius appartenait à l’Unité des frères de Bohème, église protestante héritière des Hussites.
  2. 1687 – François de Salignac de la Mothe Fénelon, Homme d’Eglise, théologien, écrivain, Traité d’éducation des filles
  3. 1790 – Condorcet, Philosophe, mathématicien, homme politique, « Sur l’admission des femmes au droit de cité »
  4. 1799 – Charles-Guillaume Theremin, Conseiller de l’ambassade de Prusse à Paris
  5. 1790 – Charles de Villette, Journaliste et député, Lettres, 6 janvier 1790, à propos du droit des femmes
  6. 1851 – Arthur Schopenhauer, philosophe, « Parerga et Paralipomena »
  7. 1862 – Jules Simon, Homme d’Etat (député, sénateur, ministre…), L’ouvrière
  8. 1869 – John Stuart Mill, « The subjection of women », Londres.
  9. 1869 – John Stuart Mill, « The subjection of women », Londres.
  10. 1869 – Jean-Baptiste Fonssagrives, Médecin,« L’éducation physique des jeunes filles, ou avis aux mères sur l’art de diriger leur santé et leur développement»
  11. 1872 – Paul Leroy-Beaulieu, Economiste, Le travail des femmes dans la petite industrie, Revue des Deux Mondes99
  12. 1911 – Georges Hébert,« Muscle et beauté plastique féminine»Officier de marine et éducateur français promoteur d’une méthode d’éducation physique naturelle, l’hébertisme, opposée à la gymnastique suédoise et à la spécialisation sportive.
  13. 1912, Pierre de Coubertin, lors des Jeux Olympiques de Stockholm
  14. 1920 – Camille Saint-Saëns Expliquant sa démission du Conseil Supérieur du Conservatoire – Correspondance Saint-Saëns-Fauré, n° CXXIV, 31 juillet 1920, citée par Jean-Michel Nectoux, Gabriel Fauré, Les voix du clair-obscur, Paris, Flammarion, 1990, p.274.
  15. 1922, Docteur Maurice Boigey, « Manuel scientifique de l’EP », Le HuffPost, Stanislas Kraland, 08/03/2014 « Journée internationale des droits des femmes 2014 – Les femmes et les « métiers d’hommes »: retour sur un siècle de « work in progress » »
  16. 1923, Jeanne Cappe et Tilla Vulhopp – « Les femmes à l’Université catholique », dans Revue catholique des idées et des faits, t.II, n°47, 16 février 1923, p.8-10.
  17. 1928 – Dr Johnson Samuel, Linguiste anglais A propos de la compositrice Germaine Tailleferre
  18. 1982 – Claude Piéri, Commandant de la Force océanique stratégique (Fost)
  19. 1983 – Françoise Giroud, Le Monde, 11 mars
  20. 1998 – David Douillet, Judoka puis ministre, dans son autobiographie Si David Douillet s’est excusé depuis qu’il a troqué son kimono pour un costume de ministre -« cette expression était malheureuse. Je la regrette. Elle n’est pas ce que je suis. (…) C’était une discussion de vestiaire. J’avais 20 ans, j’en ai 42 aujourd’hui » Le nouvel Obs web Publié le 08-03-2012
  21. 2012 – Pierre Blazy, Avocat pénaliste au barreau de Bordeaux, lors de la nomination de Anne Cadiot-Feidt a été élue en novembre dernier « bâtonnier désigné », première femme nommée à ce poste.
  22. 2014 – Anonyme, Griffonnés à la hâte sur une serviette de papier, ces quelques mots ne datent pas de 1914, ni même de 1974, mais bien de 2014. Leur auteur ? Un client de la compagnie aérienne canadienne WestJet manifestement peu enthousiaste à l’idée que la cabine de pilotage soit occupée par une femme – Réponse de l’intéressée, sur sa page Facebook : « Cher David, merci pour la note que vous avez laissée discrètement sur votre siège. Je ne partage pas votre opinion selon laquelle le cockpit (que nous appelons maintenant cabine de pilotage puisqu’un pénis n’est plus nécessaire [jeu de mot avec « cock », NDLR]) n’est pas un endroit pour une femme. En fait, il n’existe plus d’endroits qui ne soient pas pour les femmes.« 
  23. 2014 – Ernests Gulbis, Conférence de presse à Roland-Garros. Interrogé au sujet de ses deux sœurs, qui ont également contracté le virus familial du tennis – Source : http://www.lalibre.be/lifestyle/people/selon-gulbis-les-femmes-ne-sont-pas-faites-pour-le-tennis-538c5a333570900304a12198

 

Partager sur...Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Email this to someone