Logo-AceppAlix Vandon, stagiaire à l’ACEPP (Association des Collectifs Enfants Parents Professionnels) du Rhône est venue nous rencontrer pour échanger sur le projet sur lequel elle travaille, l’élaboration d’un guide en faveur de la mixité dans les métiers de la petite enfance, et pour nous présenter certains outils éducatifs de l’ACEPP.

Peux-tu présenter l’ACEPP ?

L’ACEPP est une fédération d’initiatives parentales, qui regroupe de nombreux projets et initiatives autour de la petite enfance et de la famille mises en place par des parents sur toute la France. L’ACEPP les aide à se créer, accompagne les parents dans la gestion et le développement de leur projet. L’ACEPP Rhône fait partie de cette fédération nationale. Pour donner un exemple de projet parental accompagné par l’ACEPP Rhône, il y a l’espace des merveilles. C’est un espace de rencontre où les parents viennent avec leurs enfants tous les jeudis pour discuter entre eux d’éducation, partager un moment privilégié parents-enfants, se créer un réseau et être acteurs dans leur quartier.

Quelle est ta mission au sein de l’ACEPP ?

Je réalise une étude sur la mixité homme-femme dans la petite enfance. Cela implique la place des professionnels masculins et la place des pères dans les lieux d’accueil petite enfance. J’ai commencé cette étude début avril et je suis encore en plein dans la phase d’interviews et d’observation en crèches. Cela me permet de mieux comprendre cette problématique, et d’assembler autant d’observations, d’opinions, d’expériences de tous types de personnes impliquées dans cette problématique. J’observe par exemple combien de temps restent les pères au début de la journée, pour voir si la présence de professionnels masculins influe sur leur implication dans la crèche ; j’essaye de voir et de comprendre l’implication des parents. Je rencontre des personnes qui réfléchissent à cette problématique de la place des hommes dans la petite enfance. Les hommes aussi veulent avoir leur place dans ce milieu très peu mixte. Chacun y pense, mais il n’y a pour l’instant pas de réseau créé autour de cette problématique à Lyon, et personne ne fait vraiment d’action en réseau à grande échelle, ou même juste en parler. Je vais rendre un rapport en octobre sur cette question mais aussi essayer de mettre en place des outils, des actions que l’ACEPP Rhône pourra implanter pour faire évoluer les choses. Par exemple je réfléchis à un guide sur « Comment accueillir un homme dans une équipe et comment réfléchir à la mixité dans le domaine de la petite enfance ». Cela ne va pas de soi, il y a tout un tas de problématiques lorsqu’un homme arrive dans une crèche. Un autre outil pourrait être une plaquette à distribuer dans les lycées ou les services d’orientation, une plaquette bien pensée pour être égalitaire tant dans ses représentations visuelles que dans son contenu. Il y a une association à Paris, l’AMEPE, où des professionnel·le·s de la petite enfance font des ateliers-métiers pour les enfants afin de montrer qu’il est possible, en tant qu’homme, d’exercer ces métiers. Ils ont une page Facebook.

Comment en es-tu arrivée à travailler sur cette thématique de l’égalité?

A la base la petite enfance ce n’est pas forcément mon créneau. L’égalité a toujours été une thématique qui m’a intéressée, la place des femmes, l’égalité professionnelle, mais je ne m’étais jamais impliquée sur ce sujet de manière concrète. Quand je cherchais mon stage de fin d’étude je voulais travailler sur un projet dans une association. C’est la chose qui m’importait le plus. Quand j’ai trouvé cette opportunité pour faire mon stage de master à l’ACEPP Rhône, j’ai trouvé ça super intéressant, qu’ils se penchent sur l’égalité mais du côté des hommes, parce que souvent on parle de l’égalité en parlant de femmes. Ça m’intéressait de rentrer dans quelque chose de complètement nouveau pour moi. J’apporte aussi un regard extérieur je pense. Ma mission principale aujourd’hui c’est de travailler sur cette étude, sur la place des hommes dans le domaine de la petite enfance. Je présenterai le résultat de mes recherches le 7 octobre 2015.

Quelles sont leLa boite à Ouitis différents outils utilisés par l’ACEPP Rhône ?

Un projet important en rapport avec l’égalité fille-garçon est la malle à jeux OUITI pour l’égalité, qui permet d’intégrer dans les crèches le concept de mixité filles-garçon mais aussi d’origines, de métiers… Il y a trois malles en bois, de taille humaine, avec une tortue dessinée dessus, qui arborent différentes expressions. Cet outil a été créé il y a trois ans. Ces malles contiennent de nombreux jeux, livres, déguisements, cartes qui permettent de travailler sur l’égalité entre petites filles et petits garçons. Dedans il y a des jeux coopératifs : parachute, jeux de société qui permettent de jouer ensemble et pas l’un contre l’autre, qui permettent de réfléchir à la place des hommes et des femmes, des marionnettes, des cartes, des déguisements,… Il y a des petites figurines qui permettent aux enfants de se projeter dans tous les métiers. Il y a des livres plus égalitaires où les femmes sont des héroïnes, ou une histoire d’un père avec son enfant. Il y a un jeu de l’oie pour observer l’environnement et un jeu de mots pour travailler sur les représentations filles-garçons. Et aussi des ressources pour les adultes qui veulent aller plus loin. OUITI voyage de crèche en crèche. Il reste quelques semaines dans une crèche et à la fin il y a une soirée de clôture à laquelle les parents et les professionnel·le·s sont invité·e·s et peuvent s’exprimer sur le sujet et l’expérience qu’ont vécue parents, enfants et professionnel·le·s. C’est un véritable moment d’échange.

Ensuite, il y a le projet Ballad’ou ; c’est un lieu d’accueil itinérant, qui voyage dans un foyer, un village, un quartier, et y reste quelques mois. Actuellement il est dans le 8ème arrondissement de Lyon, dans le quartier des Etats-Unis. Le Ballad’ou est ouvert une demi-journée par semaine. Il accueille gratuitement les parents et les enfants. C’est surtout un espace de rencontres, d’échanges qui permet aux parents de se créer un réseau et de discuter. Un.e membre de l’ACEPP Rhône assure l’accueil.

L’ACEPP Rhône a plusieurs autres projets, comme les Universités Populaires de Parents, présentes à l’échelle nationale également. Ce sont des projets qui rassemblent des parents intéressés par un thème sur l’éducation, la petite enfance et la parentalité. Par exemple : la réussite et l’échec scolaire des enfants des quartiers. Ils se rencontrent avec des chercheur·e·s et des salarié·e·s de l’ACEPP et font des recherches poussées sur un ou deux ans.

Pour plus d’informations sur ces outils ou sur d’autres outils existants, vous pouvez aller sur notre page internet ici.

Partager sur...Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Email this to someone