Par Julie et Nina, volontaire en service civique et stagiaire d’EgaliGone.

Déroulement de l’intervention

Suite à la représentation de la pièce de théâtre Décalage-toi  par le Théâtre du Grabuge, nous sommes allées à la rencontre de cinq classes de 4e du collège Dargent (Lyon 8e), les 23 et 24 mars. Les interventions duraient 55 minutes chacune et se sont déroulées de la manière suivante :

  • Après un temps d’accueil et de présentation, nous avons demandé aux élèves de se mettre par groupe de 4 pour échanger sur leurs souvenirs de la pièce et sur les points appréciés et moins appréciés :
    • Les élèves ont aimé l’humour employé qui permettait de faire passer des messages un peu difficiles plus légèrement, les chants, l’utilisation du rap et du slam, ainsi que la diversité des rôles représentés par les comédien·ne·s.
    • En revanche, elles et ils ont trouvé certaines scènes un peu longues et des personnages trop caricaturaux, pas toujours très nuancés.

 

  • Puis, nous sommes revenu·e·s sur les différents thèmes abordés dans la pièce :
    • Les sujets qui ont majoritairement retenu l’attention des élèves étaient ceux de la rue, de la vie dans les quartiers (avec la distinction « pauvre – riche »), des inégalités fille-garçon et du racisme.
    • Nous les amenions aussi à réfléchir à des termes comme : stéréotypes, préjugés, discriminations en leur demandant des exemples.

 

  • La scène qui a été la plus discutée fut celle sur le harcèlement dans les transports en commun. Pour certain∙e∙s, c’était « pervers » « trop exagéré » et cela les mettait mal à l’aise. Les élèves ont ainsi soulevé la peur par le fait d’être « figé·e sur place » pour décrire la réaction de la protagoniste de 14 ans.

Nous avons décidé d’approfondir ce sujet pour faire émerger des solutions face à ce malaise, si on est confronté·e à une situation similaire. Nina a apporté une explication psychologique : la sidération psychique. Les élèves ont suggéré le fait de faire quelque chose : appeler au secours d’autres personnes, un adulte, prétendre qu’on connaît la personne…

Retours des élèves sur le spectacle

La pièce permet de casser des tabous quotidiens : des discussions autour du choix des métiers, du football féminin et des jouets ont ainsi émergé. Par ailleurs, la scène sur l’homme politique et sa suppléante a fait débat, les élèves n’ayant pas bien compris la démarche de la démocratie participative.

Un garçon a témoigné de sa prise de conscience, grâce à la pièce de théâtre, des difficultés vécues par les femmes et des efforts que les garçons devraient faire pour les soutenir.

En général, les élèves de toutes les classes étaient lucides et participaient bien au débat sur le spectacle. Elles et ils ont quasiment tou·te·s s compris le côté caricatural des portraits des comédien·ne·s. La pièce a été bien comprise dans l’ensemble : des mots comme amalgame, clichés, stéréotypes, racisme, classisme, sexisme ont émergé de leurs prises de paroles. Les élèves retiendront ainsi le côté franc et réaliste du spectacle qui les a bien fait réfléchir.

Quelques citations :

« Montrer à quel point atteindre l’égalité homme-femme ça prend du temps »

« Les gens sont bloqués dans leur tête, ils sont victimes de stéréotypes et stigmatisés dès l’enfance » … « C’est pas agréable les stéréotypes car les personnes nous jugent alors qu’elles ne nous connaissent même pas ».

Certain·e·s élèves ont manifesté leur désaccord en disant : « Les poupées c’est pour les filles c’est comme ça » ou « C’est mieux comme c’est maintenant ».

Un garçon a renchéri en disant : « Moi, je suis pas d’accord, tout le monde joue comme il a envie ».

 

Retour personnel de Julie

Parfois, il y avait des creux dans le débat, les élèves ne savaient pas toujours rebondir. C’était comme s’il y avait une attente de notre part d’apporter de la théorie.

Des filles et des garçons ont su prendre la parole : échanges plutôt bien et intéressants. Une ou deux élèves dans chaque classe semblai(en)t plus politisées et matures que la plupart. Le spectacle a clairement fait écho à leur propre réalité et leur vie quotidienne.

Une difficulté dans le cadre de ces interventions peut être l’attitude et l’intervention des enseignant·e·s : il est parfois difficile de favoriser la libération de la parole des jeunes lorsque leur adulte référent·e intervient trop souvent et dévie sur des sujets différents (comme la laïcité). Cela peut nous mettre mal à l’aise en tant qu’intervenant·e·s extérieur·e·s.

Retour personnel de Nina

La population des élèves de quatrième était, dans mes souvenirs de collège, celle d’une année difficile. En termes d’identité et d’affirmation de soi, les élèves sont en construction de liens entre elles·eux et au monde. Je les ai senti·e·s pour certain·e·s très éveillé·e·s  et interessé·e·s par la problématique des inégalités et des discriminations ; d’autres étaient mal à l’aise et réagissaient par l’humour et/ou la provocation.

La première heure d’intervention m’a fatiguée, même si j’ai très peu pris la parole : il m’a été difficile de savoir à quel moment la prendre, sachant que c’était la première fois que je participais à ce type d’interventions. Des remarques, souvent faites en aparté, du type « pourquoi on parle de viol conjugal ? Ils sont mariés donc il y a pas de viol », me mettaient mal à l’aise et c’est souvent en ripostant et/ou en employant un vocabulaire « averti » et bien spécifique que je m’adresse habituellement aux personnes à l’origine de ce type de propos. Ça n’était pas possible dans ce contexte donc j’ai préféré ne rien dire dans un premier temps et laisser mes collègues, plus habituées, rebondir. La deuxième heure a été plus aisée car j’ai pris beaucoup de notes ce qui m’a permis d’avoir une posture différente. J’ai été plus à l’aise le lendemain car la participation de chacun·e d’entre nous était plus naturelle.

Il a été intéressant de semer les quelques notions de stéréotypes, préjugés et discrimination, car certain·ne·s élèves s’en sont très certainement saisi.

 

Partager sur...Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Email this to someone