Question posée en formation.

Notre réponse :

Nous lui préférons la courtoisie (dans son sens actuel, soit dans la définition du Larousse : “Attitude de politesse raffinée, mêlée d’élégance et de générosité ; civilité.“), qui a l’avantage de s’exercer quel que soit le sexe et qui est un mélange de politesse et d’égards envers autrui, sans rapport de sexe. Ainsi femmes et hommes peuvent être prévenant·e·s vis-à-vis des autres, sans qu’un rapport de séduction ou de protection soit instauré.

Pour aller plus loin sur ce qu’instaure “le système de la galanterie”, lire Erving Goffman, L’arrangement des sexes, trad. de l’anglais par H. Maury, Paris, Éd. La Dispute, coll. Le genre du monde, 2002, 116 p. Jean-Marc Leveratto en a rédigé une note de lecture sur le site Questions de communication.
Selon le Larousse, la galanterie est définie ainsi : 1) Politesse empressée auprès des femmes. 2) Propos, compliments flatteurs adressés à une femme (surtout pluriel) : Débiter des galanteries. 3) Littéraire : Recherche d’aventures amoureuses, de bonnes fortunes.

En bref, elle n’est pas réciproque, ne s’adresse pas à toutes les femmes, vise à créer un rapport de séduction choisi par l’homme qui l’exerce, dans un rapport hétérosexuel inégalitaire.

Partager sur...Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
Email this to someone
email